Exif_JPEG_420

Yamoussoukro / Justice Ivoirienne : Bientôt un Institut National des Formations Judiciaires

Le ministre de la justice et des Droits de l’Homme, M. Sansan Kambile a procédé, le vendredi 16 février à Yamoussoukro, à la pose de la première pierre, pour la construction de l’institut National des Formations Judiciaires(INFJ).

C’était en présence de l’ambassadeur de la République Française en Côte d’Ivoire ainsi que des autorités administratives, politiques et coutumières de la ville. Dans son adresse, le garde des sceaux a expliqué les enjeux de cet institut ainsi que l’engagement du gouvernement ivoirien, en faveur d’une justice de qualité

« La construction de cet institut revêt un enjeu majeur pour le plan d’action du gouvernement, non seulement pour tenir compte de l’amélioration escomptée, mais également parce que regardée par les partenaires au développement comme un indicateur de bonne gouvernance. » a-t-il fait savoir.

Il a aussi invité les uns et les autres à conduire ce projet à terme. Car, « Il sera un haut lieu de l’institution judiciaire, dédié au savoir, à l’excellence dans l’application des lois et la protection des populations. » a-t-il confié.

Pour sa part SEM. Gilles Huberson, Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire a traduit sa joie ainsi que celle de la République Française de participer au développement de tels objectifs au travers du mécanisme du C2D, afin de renforcer le fonctionnement du système judiciaire de la Côte d’Ivoire et faciliter l’accès des citoyens à la justice. « Ces actions représentent, environ 30% du montant global du C2D Justice. »

A cet effet, il a formulé le vœu que cette cité judiciaire devienne aussi un exemple de ce qui se construit à Yamoussoukro, un des hauts lieux de formation judiciaire pour l’ensemble de la sous-région. A l’endroit de l’entreprise qui va construire l’INFJ. « Construisez cette cité comme vos maisons et comme si vos enfants vont y vivre. De notre côte, nous y veillerons ! »

Exif_JPEG_420

Non sans remercier et féliciter l’ensemble des acteurs impliqués dans le dit projet. Entièrement financé par la République de France, dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement(C2D), le coût de réalisation de cet institut s’élève à plus de 11,125 milliards de FCFA.

Le projet est conçu sur une parcelle de 9 ha, intégrée à la future cité judiciaire prévue une parcelle de 16 ha. Pour la formation initiale, la capacité prévisionnelle est de 500 étudiants dont 150 pour l’école des greffes, 100 pour l’école de magistrature, 50 pour l’école de la protection judiciaire de la jeunesse et 200 pour l’école de l’administration pénitentiaire.

Quant à la formation continue, elle vise l’objectif de 2030 participants par an. Les travaux de construction débuteront en mars 2018 pour prendre fin en septembre 2019.

Kairaba Mohamed