Sénégal: le président Macron inaugure un collège avec son homologue Macky Sall

Après la Tunisie, le président français Emmanuel Macron est arrivé hier à Dakar pour participer à la troisième conférence du « Partenariat mondial pour l’éducation ». Le PME, c’est un fonds mondial qui finance aujourd’hui les projets dans 65 pays en développement. Objectif affiché de la réunion du jour : lever trois milliards de dollars. Avant de se rendre à la conférence, Emmanuel Macron multiplie les rencontres avec son hôte, le président sénégalais Macky Sall.

Les présidents Macky Sall et Emmanuel Macron ont pris un bain de foule ce vendredi matin au collège Hann Bel-Air, dans la banlieue de Dakar, que les deux hommes viennent d’inaugurer. Pour l’occasion, des centaines de casquettes à l’effigie des deux présidents ont été distribuées aux enfants et aux officiels. C’est un collège à vocation scientifique qui a bénéficié avec une quinzaine d’autres de financements de la France. La rénovation il y a un an a permis d’ouverture de nouvelles classes.

Les deux chefs d’Etat, qui s’entendent visiblement très bien et se tutoient, discutaient à leur arrivée ici de leurs projets. En effet, ce collège est le premier d’une série de dix-sept qui seront construits à Dakar, financés par l’Agence française de développement. Juste avant les deux chefs d’Etat ont signé un accord pour la création d’une université sénégalo-française, un campus scientifique. C’est un choix, une volonté de Macky Sall qui veut plus de techniciens, d’ingénieurs pour développer le Sénégal. Emmanuel Macron évoquait un véritable « Hub » de l’éducation, de formation technique et proposait à Macky Sall justement, pourquoi pas d’y intégrer de la formation des enseignants.

Une dizaine de chefs d’Etat présents

Emmanuel Macron a fait de Dakar, comme de Tunis où il était jeudi, des laboratoires de l’éducation. L’idée, c’est de fixer des étudiants ici sur le continent africain. D’ailleurs, les deux chefs d’Etat sont ensuite repartis dans la limousine présidentielle, direction la ville nouvelle de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de la capitale.

C’est dans ce centre de conférence que doit se tenir justement la grande réunion pour l’Education, en présence d’une dizaine de chefs d’Etat du continent, notamment du Tchad, du Burkina Faso, de la RCA ou encore du Togo ainsi que l’ambassadrice de ce fonds pour la scolarisation, la chanteuse Rihanna. Il s’agit de la troisième conférence du Partenariat mondial pour l’éducation qui vise à faire changer les mentalités, car le secteur de l’éducation est délaissé, autant par les Etats que par les bailleurs de fonds. Les sommes injectées, si on les compare par exemple au secteur de la santé, sont faibles.

Aujourd’hui l’objectif à Dakar, c’est de lever trois milliards de dollars. Une somme colossale, mais qui permettrait de financer la scolarité de 260 millions d’enfants, dans 65 pays en développement, seulement pour une durée de deux ans, entre 2018 et 2020.

Source : Rfi.fr