S.E.M. DANIEL KABLAN DUNCAN, VICE-PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE COTE-D’IVOIRE A LA CEREMONIE D’OUVERTURE DU RASSEMBLEMENT MONDIAL SUN 2017

• SEM le Président Jakaya Kikwete, ancien Président de la Tanzanie ;
• Madame Martine MOÏSE, Première Dame de Haïti ;
• Monsieur le Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Chef du Gouvernement ;
• Madame, Messieurs les Présidents d’Institutions de la République ;
• Madame la Coordonnatrice du Mouvement Mondial SUN ;
• Monsieur le Directeur Général Exécutif de l’UNICEF ;
• Monsieur le Ministre d’Etat, Mesdames, Messieurs les Ministres ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et membres du Corps Diplomatique;
• Monsieur le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD) ;
• Monsieur le Secrétaire Général de l’Union Interparlementaire ;
• Monsieur le Directeur Exécutif, Coordonnateur Résident des activités opérationnelles du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire et Coordonnateur Humanitaire ;
• Monsieur le Représentant Résident de l’UNICEF, Chef de File des Partenaires financiers pour la Nutrition ;
• Monsieur le Représentant de la Banque Mondiale ;
• Monsieur le représentant du Fonds Monétaire International (FMI) ;
• Monsieur le Représentant de la Banque Islamique de Développement ;
• Monsieur le Représentant du Système des Nations-Unies en Côte d’Ivoire ;
• Monsieur le Représentant de la Commission de l’UEMOA ;
• Monsieur le Représentant de la Commission de la CEDEAO ;
• Monsieur le Directeur National de la BCEAO ;
• Mesdames, Messieurs les Points Focaux SUN ;
• Mesdames, Messieurs les Représentants du Secteur Privé National et International ;
• Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations de la Société Civile Nationale et Internationale ;
• Honorables Chefs Coutumiers;
• Vénérables Dignitaires Religieux ;
• Honorables invités ;
• Chers amis des médias ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs.

 

Je voudrais, au nom du Président de la République, S.E.M Alassane OUATTARA, souhaiter à chacune et à chacun des participants à ce Rassemblement Annuel du Mouvement Mondial Scaling Up Nutrition (en abrégé SUN), le Traditionnel « AKWABA », c’est-à-dire la cordiale bienvenue en terre ivoirienne.

Je suis heureux de vous adresser nos salutations chaleureuses et nos vifs remerciements, pour votre présence nombreuse et distinguée à ce grand Rassemblement.

Comme vous le voyez, SEM le Président de la République et le Gouvernement ont tenu à manifester, à travers la participation effective du Vice-Président de la République et du Premier Ministre à cette cérémonie, le grand intérêt qu’ils accordent à la question de la nutrition.

Monsieur le Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Chef du Gouvernement, je me félicite donc de votre présence fraternelle à cette importante cérémonie, et vous adresse mes très chaleureuses salutations.

• Excellences, Mesdames, Messieurs ;

C’est pour nous un grand honneur d’accueillir, au nom de S.E.M Alassane OUATTARA, les hautes autorités d’Etats dont la présence très remarquable, rehausse la qualité de ces assises. Je voudrais citer, en particulier :

– SEM Jakaya KIKWETE, ancien Président de la Tanzanie ;
– et Madame Martine MOÏSE, Première Dame d’Haïti.

Je voudrais aussi me réjouir de la participation très forte de tous les Hauts Représentants de pays, d’organisations internationales (y compris de l’Union Interparlementaire), d’institutions bancaires, qui n’ont pas hésité à effectuer le déplacement, ici à Abidjan.

Car, sachez-le, Excellences, Mesdames, Messieurs : Abidjan ne se raconte pas ! Mais Abidjan s’étreint et se vit ! Notre capitale économique vous accueille à bras grand ouvert pour vous signifier que vous êtes ici, chez vous.
Encore une fois, AKWABA !
BIENVENUE en République de Côte d’Ivoire !

• Distingués participants ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs ;

La Côte d’Ivoire s’honore d’accueillir le 5ème Rassemblement Annuel du Mouvement Mondial Scaling Up Nutrition (SUN) qui se tient pour la première fois dans un pays membre du Mouvement et réunit en ces lieux près d’un millier de participants de 80 nationalités.

Au plan international, ce rassemblement est le premier qui se tient dans le cadre de la deuxième phase du SUN. Au niveau national, il intervient pratiquement un an après l’organisation réussie de la table ronde pour le financement du Plan National Multisectoriel de Nutrition 2016-2020 (PNMN 2016-2020) tenue le 16 septembre 2016.

Le choix de la Côte d’Ivoire pour cet important évènement est un témoignage éloquent, s’il en était besoin, de soutien aux gros efforts du Gouvernement ivoirien pour renforcer la Politique Nationale de Nutrition et de reconnaissance des importants progrès réalisés dans ce cadre.

Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude aux Partenaires Techniques et Financiers pour leur constante disponibilité et leurs appuis multiformes à nos efforts de développement.

C’est le lieu d’adresser, de façon particulière, les vifs remerciements du Gouvernement ivoirien au Directeur Exécutif de l’UNICEF, M. Antony LAKES, et à travers lui, au Représentant Résident, Chef de File des Partenaires Techniques et Financiers (PTF). J’associe à ses remerciements la FAO, le PAM, l’OMS, la Banque Mondiale, l’Union Européenne et la BAD dont je salue le Président, Monsieur Akinwumi ADESINA ici présent.

Je tiens aussi à saluer spécialement Madame Gerda VERBURG, Coordonnatrice du Mouvement SUN, pour l’impulsion qu’elle a su donner à la deuxième phase du Mouvement SUN qui couvre la période 2016-2020. Ce rassemblement est le premier qui se tient dans le contexte de cette nouvelle phase qui permettra le renforcement de l’interaction entre les différentes parties prenantes. Madame VERBURG nous honore, encore une fois, de sa présence distinguée, après avoir effectué son premier déplacement dans un pays membre du réseau, en Côte d’Ivoire, en octobre de l’année dernière, pour apporter son appui remarquable à la mobilisation des ressources pour le financement des activités de nutrition. C’est le symbole d’un changement qui tire les enseignements de la première phase et une invitation aux pays membres à mieux s’approprier cette dynamique mondiale remarquable.

Qu’il me soit permis de reconnaître aussi les efforts des prédécesseurs de Madame Verburg qui ont contribué à bâtir les fondements de l’initiative SUN. Je salue, de façon particulière, Monsieur David NABARRO, premier Coordonnateur mondial du Mouvement SUN, et qui a, par la suite, contribué au succès de la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Je salue chaleureusement la communauté internationale pour avoir réussi à faire de la Nutrition un enjeu mondial, notamment dans sa dimension du développement du capital humain. Je voudrais relever, à cet égard, le leadership du système des Nations Unies, de la Banque Mondiale, du Fonds monétaire International, et de la Banque Africaine de Développement. En effet, à chacun de leur rassemblement annuel, ils ont su porter cette thématique à travers des sommets et des rencontres de hauts niveaux.

Je note également les efforts fort appréciables que déploie la Société Civile Internationale, pour s’inscrire effectivement dans la stratégie nationale et dans le cadre de référence tracés par le Gouvernement, en agissant notamment, à travers une approche intégrée et un travail collaboratif.

Je ne saurais, bien entendu, oublier de saluer le Secteur Privé et le monde de la recherche dont les efforts conjugués fondent l’espérance de solutions adaptées et efficaces pour la lutte contre la malnutrition.

Je voudrais, enfin, adresser mes chaleureuses félicitations et mes remerciements à tous les organisateurs de ce rassemblement mondial. Je salue le travail important, en liaison avec le Secrétariat International du Mouvement SUN, de Madame Raymonde GOUDOU COFFIE, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique.

J’associe à ces félicitations le Comité National d’organisation et le Secrétariat National du Mouvement SUN et tous leurs animateurs, pour la qualité de l’organisation de ces assises. Je mesure à sa juste valeur, la somme des immenses efforts qu’il vous a fallu déployer pour réunir à Abidjan autant d’acteurs importants, en vue de faire avancer l’agenda mondial en matière de nutrition et de développement du capital humain.

• Distingués participants ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs ;

Le thème de cette édition du Rassemblement Annuel du Mouvement Mondial SUN est : « Investir dans la nutrition pour un avenir durable ».
Je me félicite du choix de ce thème qui donne l’occasion de réfléchir, ensemble, sur une des contraintes majeures entravant la mise en œuvre des programmes et initiatives en faveur de la nutrition dans les pays en développement en général, et en Afrique en particulier : il s’agit du financement.

En effet, l’insuffisance du financement, dans les secteurs clés, notamment la santé, l’agriculture, les ressources animales et halieutiques, l’éducation, la protection sociale, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, limite notre capacité d’action dans le domaine de la nutrition.

Or, la problématique de la malnutrition est une réelle préoccupation mondiale et un problème de santé publique. Ce fléau touche indifféremment tous les pays du monde par sa double manifestation de la sous-nutrition et de la surnutrition. Il est donc aujourd’hui au cœur de la problématique de la lutte contre l’extrême pauvreté et de la promotion de la prospérité partagée, en tant que dimension importante du développement social et humain.

La prise de conscience au niveau international se traduit par diverses initiatives dont le Mouvement Scaling Up Nutrition ou en abrégé SUN, lancé en 2010 par le Secrétaire Général des Nations Unies. Je salue cette noble initiative et les efforts accomplis par tous les acteurs dans ce combat humanitaire dont la finalité est de restaurer à chaque citoyen sa dignité, celle de se nourrir décemment.

A cet effet, il me plait de vous annoncer que notre pays, la Côte d’Ivoire, est fortement engagé dans l’initiative Faim Zéro dont j’ai l’insigne honneur d’être le facilitateur politique.

Je voudrais donc inviter tous les partenaires ici présents ainsi que le secteur privé à soutenir les efforts des Gouvernements des 60 pays SUN à travers des appuis financiers, techniques et des partenariats économiques rentables, pour la mise en œuvre de leur politique en la matière.

• Excellences, Mesdames, Messieurs,
Le Gouvernement ivoirien a fait du développement du capital humain en général, et de la problématique de la nutrition en particulier, l’une de ses grandes priorités. En effet, la Côte d’Ivoire aspire à des progrès économiques, sociaux et culturels rapides. Ce développement ne peut se faire sans le développement du capital humain, car, comme le disait le philosophe français Jean Bodin, « Il n’est de richesse que d’hommes ».

C’est dans ce cadre que la Côte d’Ivoire a adhéré au Mouvement « Scaling Up Nutrition – SUN », à l’occasion du sommet du G8 tenu à Londres en juin 2013 sur le thème « Nutrition for Growth ».

Des efforts très importants ont été faits à ce jour, de 2012 à 2016, par l’Etat et ses partenaires et ont ainsi permis d’améliorer certains indicateurs clés. En effet, selon la dernière enquête MICS réalisée en 2016, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est passé de 125‰ à 96‰, avec un taux d’allaitement maternel exclusif qui est passé de 12% à 23% et un taux de retard de croissance réduit de 30% à 22%. Toutefois, des efforts sont à entreprendre contre les disparités régionales. Les régions du Nord, du Nord-Ouest et du Centre Ouest restent les plus affectées, car les carences en micronutriments demeurent également problématiques.

Par ailleurs, la surnutrition gagne du terrain. Elle touche de plus en plus la population adulte, notamment les femmes, avec une proportion de 25,6% des femmes en âge de procréer. Abidjan reste la zone la plus touchée avec un taux de 40%.

Face à tous ces défis, le Mouvement SUN constitue, pour le Gouvernement ivoirien, un important levier pour mettre en œuvre une action multisectorielle efficace dans le cadre de la lutte contre la malnutrition. La convergence des politiques et des initiatives opérationnelles dans une synergie d’actions, devrait donc se traduire par une meilleure valorisation des acquis tangibles des politiques sectorielles mises en œuvre par le Gouvernement, dans la quête d’un état nutritionnel plus satisfaisant.

Ainsi, dans les domaines de la santé et de la protection sociale, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a décidé de faire de la Couverture Maladie Universelle (CMU) un axe majeur de la Politique Gouvernementale. D’importants investissements ont été réalisés pour mettre à niveau le système de santé, aux plans des infrastructures, des équipements techniques, des ressources humaines et des moyens d’exploitation.

En matière de lutte contre la pauvreté, l’une des stratégies porte sur la mise en œuvre, sur la période 2015-2020, du programme de filets sociaux pour les populations les plus vulnérables avec l’appui de la Banque Mondiale. Ce programme cible, notamment, 35.000 ménages du milieu rural des zones Centre, Nord et Ouest, pour un financement de l’ordre de 50 millions de dollars, soit environ 25 milliards de FCFA.

Dans le domaine de l’agriculture, malgré une disponibilité alimentaire globalement satisfaisante au plan national, l’accès aux aliments reste limité pour un nombre important de ménages. Cela constitue la principale cause d’insécurité alimentaire qui touche environ 13% des ménages ruraux dont 2,5% de façon sévère. La disponibilité alimentaire est également réduite par les faibles capacités de conservation et de transformation des produits, avec des pertes post récolte et post capture variant de 30% à 40%.

Dans le domaine de l’accès à l’eau potable et de l’assainissement, des progrès appréciables sont également enregistrés depuis 2012. La proportion de la population ayant accès de façon durable à une source d’eau potable est passée de 61% en 2012 à 82,5% en 2015 grâce à d’importants investissements réalisés à Abidjan, dans les villes de l’intérieur et en milieu rural. En ce qui concerne l’assainissement, cet indicateur est passé de 57% à 81% de la population, et de 36,9% à 40% en milieu rural, sur la même période.

D’autres domaines ayant une incidence sur l’état nutritionnel de la population sont également pris en compte. Je voudrais mentionner, notamment la lutte contre le changement climatique, la recherche agronomique, le dividende démographique et l’autonomisation des femmes, et de façon plus générale la bonne gouvernance, la lutte contre la pauvreté et la prévention des conflits.

L’objectif global est, en définitive, de bâtir un capital humain de qualité en vue de maintenir et de renforcer la dynamique de croissance dans laquelle s’est inscrite la Côte d’Ivoire sous la houlette du Président de la République, SEM Alassane Ouattara.

En effet, avec une croissance annuelle moyenne de 9% sur la période 2012-2015, la Côte d’Ivoire se classe parmi les cinq économies à plus forte croissance dans le monde. Cette tendance se maintient dans la durée et à moyen terme avec 8,3% en 2016 et des perspectives de 8,1% en 2017 et de 8,2% en moyenne annuelle de 2018 à 2020. Sur la période 2011-2015, le PIB par habitant a progressé de plus de 25% et le taux de pauvreté est passé de 51% à 46,3%.
Le Gouvernement ivoirien poursuit ses réformes structurelles et sectorielles dans tous les domaines, en vue de la transformation structurelle de l’économie. Il s’agira d’optimiser le potentiel du capital humain, notamment les enfants, les jeunes et les femmes. Pour ce faire, la santé et la nutrition constituent des leviers importants vers lesquels sont dirigées des actions vigoureuses.
• Distingués Participants ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs ;

Ce rassemblement offre aux acteurs de la nutrition une occasion unique de réfléchir à leurs efforts conjoints pour accélérer la mise en œuvre et l’accroissement des résultats dans les pays dans un cadre de redevabilité mutuelle. Les échanges qui suivront toucheront à des thématiques variées. Ils concernent, notamment, les quatre points suivants :
1. L’adaptation des processus de planification nutritionnelle nationale pour faire face aux situations précaires et aux contextes de crise ;
2. Comment notre système de suivi, d’évaluation, de redevabilité et d’apprentissage peut-il façonner le Mouvement SUN ?
3. La transformation des systèmes alimentaires afin d’améliorer la nutrition et la durabilité ;
4. Comment faire avancer les priorités dans l’opérationnalisation de la révolution des données sur la nutrition ?

Concernant l’adaptation des processus de planification nutritionnelle nationale, le Gouvernement ivoirien a opté pour une planification participative impliquant fortement les acteurs locaux et communautaires. Dans ce cadre, des Comités régionaux sous la coordination des préfets de région ont été mis en place pour une gestion et une programmation efficaces et efficientes des interventions de nutrition.

S’agissant du système de suivi, d’évaluation, de redevabilité et d’apprentissage, le soutien des Partenaires Techniques et financiers ainsi que la mobilisation de l’ensemble des autres acteurs sont nécessaires pour une meilleure synergie et une convergence des actions. Le Conseil National de Nutrition constitue le cadre unique de coordination de toutes les initiatives nationales ou internationales ayant trait à la nutrition, tant au niveau national que régional.

En ce qui concerne la transformation des systèmes alimentaires, le Programme National d’Investissement Agricole (PNIA) 2016-2025, en préparation, vise à conforter les acquis du PNIA 2012-2015, d’un coût de 2.040 milliards de FCFA (soit quatre milliards de dollars US), qui a permis d’accroître significativement l’offre alimentaire et sa disponibilité en toute saison et en tout lieu. L’accès des femmes et des jeunes au système de production à travers la sécurisation foncière devrait contribuer à renforcer leur autonomie tout en améliorant l’offre de production vivrière et animale.

Pour faire avancer les priorités dans l’opérationnalisation de la révolution des données sur la nutrition, le Gouvernement de Côte d’Ivoire, avec l’assistance du FMI, œuvre pour la redynamisation du dispositif statistique national, en vue d’améliorer la fiabilité des données, le dispositif opérationnel de prévention basé sur des informations de qualité et à jour à travers une régularité des enquêtes.

Le Plan National de Développement, PND 2016-2020, d’un montant de 60 milliards de dollars, devrait permettre d’amplifier toutes ces actions en prenant appui sur le Plan National Multisectoriel de Nutrition, PNMN 2016-2020.

Pour rappel, le PNMN 2016-2020 a été élaboré et adopté en Conseil des Ministres le 11 mai 2016. D’un coût global de 266,6 milliards de FCFA, ce plan est financé par l’Etat à hauteur de 15 %, les 85% restants étant attendus des partenaires techniques financiers.

• Distingués Participants ;
• Excellences, Mesdames, Messieurs ;

Votre présence témoigne de votre engagement constant à faire avancer l’agenda mondial en matière de nutrition et de développement du capital humain. C’est l’occasion pour moi également d’inviter les autorités administratives déconcentrées et décentralisées à s’approprier le processus mis en place au niveau du Gouvernement. Il s’agit d’offrir à des milliers, voire à des millions d’enfants, de femmes et d’hommes, la joie de croire en un lendemain meilleur.

Pour sa part, le Gouvernement de Côte d’Ivoire est fortement engagé à investir dans la petite enfance et l’adolescence en vue de bâtir les fondements durables d’un capital humain en adéquation avec les besoins de l’économie.
Je vous exhorte toutes et tous à faire davantage pour gagner ce combat noble, celui de faire de la femme et de l’homme des acteurs et des bénéficiaires du développement et du progrès partagés.

Je voudrais, donc au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA et du Gouvernement, réitérer nos sincères remerciements et notre gratitude à Madame Gerda VERBURG, Coordonnatrice du Mouvement Mondial SUN, pour la qualité du partenariat avec les pays membres du Mouvement, notamment la Côte d’Ivoire, dans le cadre de la mise en œuvre de l’agenda nutritionnel.

J’associe à ces remerciements tous les autres partenaires du Système des Nations Unies parties prenantes du SUN, notamment la FAO, le PAM, l’OMS, la Banque Mondiale ainsi que la BAD, l’Union Européenne et les ONG internationales et nationales qui œuvrent dans ce secteur.

Je voudrais, pour terminer, réitérer notre profonde gratitude à tous nos illustres invités et participants. Je souhaite, à chacune et à chacun de vous, des échanges fructueux et un agréable séjour en terre ivoirienne !
Sur cette note d’espoir, je déclare, au nom du Président de la République, S.E.M Alassane OUATTARA, ouverts les travaux du Rassemblement Mondial SUN 2017.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful