Rupture de jeûne : Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly invite les religieux à prier pour le Président et pour la paix en Côte d’Ivoire

Recevant une délégation du Conseil Supérieur des Imams (COSIM), conduite par son président, le Cheick Aïma Boikary Fofana, pour la rupture de jeûne du Ramadan, le 21 mai 2018 à sa résidence à Cocody (Abidjan), le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a invité les guides religieux à prier pour le Président de la République et pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire.

« Je vous ai conviés ce soir pour que nous puissions nous retrouver et rompre le jeune ensemble. Merci de partager ces instants avec nous. Ce mois est très important pour notre communauté. Je voudrais vous demander de continuer de prier pour la Côte d’Ivoire, pour le Président de la République, Alassane Ouattara, et pour la consolidation de la paix entre les Ivoiriens », a déclaré Amadou Gon Coulibaly.

Le Chef du gouvernement ivoirien a rappelé que le pays a traversé des moments difficiles que l’action humaine a essayé de réparer. Cette action, a-t-il souligné, n’aurait pu aboutir sans les prières d’intercession formulées par l’ensemble des communautés religieuses. « Nous ne cesserons jamais de vous remercier pour ce que vous faites pour la communauté et pour le pays. La paix est là et les Ivoiriens recommencent à vivre ensemble… Continuez de prier pour que cette paix retrouvée soit une paix définitive », a-t-il dit aux guides religieux qu’il recevait, et partant à toutes les confessions religieuses.

Au nom de la délégation du COSIM, le Cheick Aïma Boikary Fofana a exprimé au Président Alassane Ouattara et au gouvernement, la gratitude du Conseil: « Merci pour votre initiative. Nous avons prié par la grâce de Dieu et nous allons toujours prier avec l’aide de Dieu. Nous sommes obligés de prier… Notre seule arme pour la prospérité de ce pays, ce sont nos prières », a rassuré le président du COSIM.

La rupture du jeûne du Ramadan à la résidence du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a été un moment de spiritualité, de partage, de prière en commun et de bénédictions croisées entre la délégation du COSIM et quelques membres du gouvernement.