Paradise Papers : cinq chiffres à retenir

Moins de deux ans après les « Panama Papers », des journalistes d’investigation du monde entier dévoilent de nouveaux éléments sur les pratiques d’optimisation fiscale menées par des cabinets d’avocats pour le compte de grandes entreprises et de particuliers fortunés.

L’opacité des paradis fiscaux s’effrite encore un peu plus avec les révélations des « Paradise Papers ». A partir de ce lundi et pour le reste de la semaine, les médias collaborant avec le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) vont dévoiler les pratiques de cabinets d’avocats qui s’efforcent de contourner les législations nationales pour optimiser les impôts des grandes entreprises et riches particuliers de ce monde.

Moins de deux ans après les « Panama Papers » – révélant les pratiques du cabinet Mossack-Fonseca accusé de servir d’appui à l’évasion fiscal et au blanchiment d’argent – cette nouvelle enquête, d’une ampleur sans précédent, a nécessité un an de travail pour des journalistes du monde entier.

La Tribune revient, en cinq chiffres, sur les principaux éléments de cette enquête.

Source : latribune.fr

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée