Man (Ouest ivoirien) :Après la fermeture des sites web des concours de Cafop , plusieurs candidats demandent la prorogation

Le concours du CAFOP d’instituteurs adjoints lancé depuis fin janvier connait plusieurs désagréments sur le terrain. En effet, la date butoir (31 mars) n’est pas du goût de tous les candidats. Le mouvement des ex-enseignants volontaires du Tonkpi, qui a présenté 495 enseignants volontaires omis au-dit concours, est monté au créneau ce jeudi 30 mars pour demander la prorogation de cette date. ‘’ Nous sommes des enseignants volontaires omis de la région du Tonkpi. Certains de nos camarades ont été réinsérés grâce à l’accord signé entre l’Etat et nous en 2008. Aujourd’hui 1183 dont 495 (primaire Bepc et Bac) de ces enseignants volontaires sont restés sur le carreau. 118 du secondaire et 570 frappés par la limite d’âge. Nous sommes ici pour parler au nom des 495 qui sont au primaire. Ces 495 pour ne pas rester en marge de ce concours ont décidé de se présenter. C’est pour eux que nous avons demandé la prorogation dudit concours’’, a introduit Blé Seyet, président du mouvement des ex-enseignants volontaires de la DRENET de Man (M.E.V.D.M). À l’en croire la faute n’incombe pas à son mouvement mais plutôt aux nouvelles technologies et le retard de certains dossiers qui devaient leur parvenir. «Depuis une semaine que nous essayons de nous connecté sur le site de la fonction publique pour authentifier nos diplômes. Les sites sont fermés et nous ignorons pourquoi. Ce n’est pas de notre faute si les sites sont fermés, c’est pourquoi mes camarades ne doivent pas payer pour une faute qui ne leur incombe guère », ajoute –il et de poursuivre : « Les différentes attestations médicale d’aptitude de la fonction enseignante sont arrivés le 27 mars dernier. Et nous ne pouvions pas envoyer les dossiers sans ça. A cela s’ajoute le problème du site de la fonction publique. Tous ces soucis indépendamment de notre volonté ».en attendant que l’Etat planche sur leur sort, Blé Seyet et ses camardes appellent le ministre de la Fonction publique, le ministre de l’Education nationale de se pencher sur le problème de ses ex-enseigants volontaires qui ont tout donné pour sauver l’école lors de la crise qu’a connu la Côte d’Ivoire. « Nous appelons nos autorités compétentes à se saisir du dossier et à donner quelques jours pour que nous régularisons la situation de nos camarades. Cette date butoir ne nous arrange pas et nous pénalise. Il faut que la date soit prorogée pour le bien-être de tous. Nous appelons l’Etat de Côte d’Ivoire à penser à tous ses pères et mères de famille », a-t-il souhaité. Terminant, le président du MEVDM a plaidé le cas de ces camarades frappés par la limite d’âge afin que ceux-ci bénéficient d’une réinsertion socioprofessionnelle.

Doumbia Balla Moise

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful