Rapidement réduite à dix, la Russie a été battue par l'Uruguay (0-3). Deuxième, elle disputera son 8e de finale à Moscou, vraisemblablement contre l'Espagne. La Celeste, première, jouera à Sotchi contre le deuxième du groupe B. Le match : 3-0 pour l'Uruguay Main sur le coeur, la Russie avait assuré viser la première place de son groupe et Tchertchessov avait juré qu'il ne ferait pas tourner. Non seulement le sélectionneur russe a mis Jirkov, Golovine et Fernandes au repos, mais son équipe a surtout été en-dessous de ce qu'elle avait montré jusque-là (0-3). Ignachevitch aurait voulu faire perdre son équipe qu'il n'aurait pas fait autrement (voir par ailleurs) et Smolnikov a été expulsé pour deux avertissements idiots après seulement 36 minutes de jeu. Seul joueur intéressant de la Sbornaya à Samara, Dizouba a bien servi Cherichev à la 12e puis a failli marquer de la tête (17e). Mais ce fût tout pour le pays hôte. L'Uruguay en a largement profité. Suarez a ouvert le score sur un coup franc de Suarez, obtenu par Bentancur (10e). L'attaquant du Barça a déjà marqué sept fois en Coupe du monde. Cherichev a ensuite marqué contre son camp, déviant un tir de Laxalt (23e). Muet depuis le début de la compétition, Edinson Cavani a d'abord raté plusieurs occasions (28e, 80e) mais il a poussé au fond, avec rage, un ballon repoussé sur lui par Akinfeïev. L'Uruguay, qui n'a toujours pas encaissé un but, termine à la première place et jouera contre le deuxième du groupe B à Sotchi. La Russie, elle, devrait affronter l'Espagne devant son chaud public du stade Loujniki de Moscou. Le tournant : Ignachevitch aide Suarez à marquer La Russie n'a pas donné l'impression d'être très concernée par la chasse à la première place. La deuxième lui permet d'ailleurs de disputer son 8e de finale à Moscou, comme elle le préférait. L'ouverture du score de Luis Suarez a donné lieu à un drôle de fait de jeu. Plein axe, Luis Suarez a obtenu l'aide inattendue d'Ignachevitch. Le vétéran russe s'est enlevé du mur en poussant avec lui deux adversaires. Résultat ? Le champ était libre pour Suarez, qui a facilement pu tromper Akinfeïev. Le fait : L'Uruguay en 4-4-2 losange La Celeste a changé de système contre la Russie. Face à l'Egypte (1-0) et l'Arabie saoudite (1-0), l'Uruguay avait aligné un 4-4-2 classique, d'abord avec De Arrascaeta et Nandez sur les ailes puis avec Sanchez et Rodriguez. Ce lundi, alors qu'on attendait un 3-5-2, Tabarez est resté à quatre derrière. Mais le milieu était un losange, avec Torreira en sentinelle et surtout Bentancur en meneur. Le jour de ses 21 ans, le milieu de la Juventus a rayonné à ce poste tout en grattant des ballons. Relayeurs, Nandez et Vecino ont amené beaucoup de mouvement. Une belle transformation par rapport aux deux premiers matches poussifs des Uruguayens.

L’Uruguay bat la Russie et termine en tête du groupe A

Rapidement réduite à dix, la Russie a été battue par l’Uruguay (0-3). Deuxième, elle disputera son 8e de finale à Moscou, vraisemblablement contre l’Espagne. La Celeste, première, jouera à Sotchi contre le deuxième du groupe B.

Le match : 3-0 pour l’Uruguay

Main sur le coeur, la Russie avait assuré viser la première place de son groupe et Tchertchessov avait juré qu’il ne ferait pas tourner. Non seulement le sélectionneur russe a mis Jirkov, Golovine et Fernandes au repos, mais son équipe a surtout été en-dessous de ce qu’elle avait montré jusque-là (0-3). Ignachevitch aurait voulu faire perdre son équipe qu’il n’aurait pas fait autrement (voir par ailleurs) et Smolnikov a été expulsé pour deux avertissements idiots après seulement 36 minutes de jeu.

Seul joueur intéressant de la Sbornaya à Samara, Dizouba a bien servi Cherichev à la 12e puis a failli marquer de la tête (17e). Mais ce fût tout pour le pays hôte. L’Uruguay en a largement profité. Suarez a ouvert le score sur un coup franc de Suarez, obtenu par Bentancur (10e). L’attaquant du Barça a déjà marqué sept fois en Coupe du monde. Cherichev a ensuite marqué contre son camp, déviant un tir de Laxalt (23e). Muet depuis le début de la compétition, Edinson Cavani a d’abord raté plusieurs occasions (28e, 80e) mais il a poussé au fond, avec rage, un ballon repoussé sur lui par Akinfeïev.

L’Uruguay, qui n’a toujours pas encaissé un but, termine à la première place et jouera contre le deuxième du groupe B à Sotchi. La Russie, elle, devrait affronter l’Espagne devant son chaud public du stade Loujniki de Moscou.

Le tournant : Ignachevitch aide Suarez à marquer

La Russie n’a pas donné l’impression d’être très concernée par la chasse à la première place. La deuxième lui permet d’ailleurs de disputer son 8e de finale à Moscou, comme elle le préférait. L’ouverture du score de Luis Suarez a donné lieu à un drôle de fait de jeu. Plein axe, Luis Suarez a obtenu l’aide inattendue d’Ignachevitch. Le vétéran russe s’est enlevé du mur en poussant avec lui deux adversaires. Résultat ? Le champ était libre pour Suarez, qui a facilement pu tromper Akinfeïev.

Le fait : L’Uruguay en 4-4-2 losange

La Celeste a changé de système contre la Russie. Face à l’Egypte (1-0) et l’Arabie saoudite (1-0), l’Uruguay avait aligné un 4-4-2 classique, d’abord avec De Arrascaeta et Nandez sur les ailes puis avec Sanchez et Rodriguez. Ce lundi, alors qu’on attendait un 3-5-2, Tabarez est resté à quatre derrière. Mais le milieu était un losange, avec Torreira en sentinelle et surtout Bentancur en meneur. Le jour de ses 21 ans, le milieu de la Juventus a rayonné à ce poste tout en grattant des ballons. Relayeurs, Nandez et Vecino ont amené beaucoup de mouvement. Une belle transformation par rapport aux deux premiers matches poussifs des Uruguayens.

Source : Rfi.fr