woroba

Les jeunes du Worob ont initient un cadre de concertation pour enclencher le développement de la région

Les fils et filles du Woroba du District autonome d’Abidjan et banlieues abidjanaises, se sont donnésrendez-vous le samedi 13 janvier, à l’EPP Jean Delafosse des 220 Logements dans la commune d’Ajamé.
C’était un moment de retrouvaille et de prise de contact fraternel et de présentation de vœu de bonne et heureuse année 2018.

Pour l’initiateur de cette rencontre entre les jeunes du Woroba, M. Adama Bakayoko, Directeur générale de Woroba.net, juste après avoir souhaité les vœux de santé, de bonne et heureuse 2018 à sesfrères et sœurs du grand Woroba,il les inviter à œuvrer dans le sens de l’essor du développement socio-économique duWoroba.

Abordant l’ordre du jour de la présente rencontre, il a été fait lecture du Procès-Verbal de la rencontre 2017 par M. KoulibalyMéké

Pour cette rencontre, le principal point se résume en la mise en place d’un cadre d’échange et de réflexion permanente entre les leaders de jeunesse du Woroba.

En initiant cet espace de haute portée, le Directeur général de Woroba.net, Adama Bakayoko, soutenu par d’autres jeunes de la région, ont exprimé leur souci de voir le Worobaà la traine, plongé dans un sous-développement sans précédent et pour lequel, il invite tous à s’engager pour lui permettre de prendre son envol.

La région du woroba, selon M. Bakayoko, n’a rien à envier, au plan des ressources humaines, naturelles et agricoles aux autres régions du pays qui sont avancées en matière de développement.

pour cette situation qualifiée de triste qui n’honore aucun enfant du grand Woroba, estime l’initiateur de la rencontre de réflexion, il est plus qu’impérieux de faire quelque chose. Retrousser les manches et prendre ensemble, en main, ledestin de la région pour lui impulser le souffle du développement.

Appel entendu par l’assemblée qui, ayant approuvé le diagnostic alarmant fait par le jeune Directeur du site d’information générale qui porte le nom de la région, a promis de taire tous les clivages idéologiques d’où qu’ils puissent venir et se donner la main pour se mettre au service du woroba qui se meurt. Car, dit l’adage, on ne se bat pas au chevet d’un parent malade.

Ainsi chaque fils et fille du Woroba a été invité à jouer sa partition dans le repositionnement du Woroba.
La mise en placed’un comité scientifique est souhaité pour donner une forme inclusive afin d’enclencher les actions sur terrains.

UPL-CI (Info woroba)