LES IVOIRIEN SE LIVRENT A UN DANGER DE MORT : L’IMMIGRATION ILLEGALE

Un tiers des immigrants qui arrivent vers l’Italie sont de nationalité ivoirienne. Estimés à environ 1500, ces « petits Ivoiriens » qui arrivent aux portes de l’Italie impacte sérieusement le concept d’émergence prôné par le Chef de l’État ivoirien SEM Alassane Ouattara.
Parlant d’impact, la Côte d’Ivoire enregistre plusieurs milliers de personnes qui vont vers l’Europe chaque année de manière illicite. Ces personnes « mettent constamment leur vie en danger de mort ».
« L’itinéraire que leur font emprunter les passeurs, ceux qui organisent les voyages, part de Daloa en passant par le Burkina, le Niger, ils arrivent ensuite en Lybie dans le désert où ils marchent des milliers de kilomètres. Parfois, sans manger ni boire de l’eau, ils traversent la mer méditerranée avec des pirogues de fortune qu’ils pagaient eux-même. Une fois en pleine mer, Ces passeurs leur exigent de fortes rançons » révèle Issiaka Konaté.
En outre, plusieurs parmi les immigrés meurent pendant le voyage. Soit dans le désert en Lybie soit en mer et leurs corps ne sont pas retrouvés.
Ensuite, ceux qui arrivent à braver cette grande souffrance, ne sont pas accueillis dans les pays étrangers, mais vivent des conditions dramatiques. En fait « c’est l’enfer total ». Aussi, ces derniers sont immédiatement rapatriés ou emprisonnés et c’est l’Etat qui paye de l’argent pour les faire sortir des prisons où ils sont enfermés.
Dénoncer les réseaux et remonter les informations pour sauver des vies, voici des ébauches de solutions qu’il faut mener. En plus de cela, il faut former certains acteur de la société civile dans cette lutte. Il s’ agit notamment des journalistes afin de faire la promotion de la migration légale, former et sensibiliser les jeunes par des affiches publicitaires.
La Côte d’Ivoire a un grand défit à relever. Car elle ne dispose pas de loi sur le trafique illicite d’immigrants . L’Etat doit donc ratifier le Protocole additionnel et faire appliquer la loi. Il importe donc qu’une plateforme soit créée pour amener les jeunes à avoir leur propre métier et leur montrer qu’on est mieux que chez soi.

Joël DALLY

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée