La Commission européenne propose des mesures de lutte contre la désinformation en ligne

(Xinhua) — La Commission européenne a proposé jeudi des mesures de lutte contre la désinformation en ligne, dont l’élaboration à l’échelle de l’UE d’un code de bonnes pratiques contre la désinformation et le soutien à un réseau indépendant de vérificateurs de faits, et a annoncé une série d’actions visant à encourager le journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias.

Les récentes révélations concernant Facebook/Cambridge Analytica, qui ont parfaitement illustré comment des données à caractère personnel peuvent être exploitées dans des contextes électoraux, rappellent de manière opportune qu’il nous faut aller encore plus loin pour assurer la résilience des processus démocratiques, a noté la Commission européenne, qui annonce des mesures pour avancer dans la lutte contre la désinformation afin d’assurer la protection des valeurs européennes et de la sécurité en Europe.

S’appuyant sur le rapport indépendant publié en mars 2018 par le groupe de haut niveau sur les fausses informations et la désinformation en ligne ainsi que sur des consultations plus larges menées au cours des six derniers mois, la Commission définit la désinformation comme des « informations dont on peut vérifier qu’elles sont fausses ou trompeuses, qui sont créées, présentées et diffusées dans un but lucratif ou dans l’intention délibérée de tromper le public et qui sont susceptibles de causer un préjudice public ».

Afin de répondre à ces préoccupations et de faire face à ces évolutions, la Commission propose une série de mesures pour lutter contre la désinformation en ligne. Parmi celles-ci, on peut citer : un code de bonnes pratiques contre la désinformation ; un réseau européen indépendant de vérificateurs de faits ; une plateforme en ligne européenne sécurisée concernant la désinformation ; le renforcement de l’éducation aux médias ; le soutien aux États membres pour assurer la résilience des élections contre les menaces informatiques ; la promotion de systèmes volontaires d’identification en ligne ; la promotion des informations de qualité et diversifiées ; une politique de communication stratégique coordonnée.

Dans la dernière enquête Eurobaromètre en date, 83% des personnes interrogées déclarent que les fausses informations représentent un danger pour la démocratie. Les participants à l’enquête sont particulièrement préoccupés par la désinformation délibérée visant à influencer les élections et les politiques d’immigration.

Cette enquête a également mis en exergue l’importance de la qualité des médias: les participants à l’enquête voient dans les médias traditionnels la source d’information la plus fiable (radio 70%, télévision 66%, presse écrite 63%). Les sources d’information en ligne et les sites d’hébergement de vidéos sont les moins dignes de confiance, 26% et 27% des participants, respectivement, leur accordant du crédit.

La Commission européenne convoquera sous peu un forum plurilatéral afin d’instaurer un cadre de coopération efficace entre les parties prenantes concernées, dont les plateformes en ligne, le secteur de la publicité et les grands annonceurs, et d’obtenir des engagements en faveur de la coordination et de l’intensification des efforts de lutte contre la désinformation.

Le premier résultat des travaux de ce forum serait un code de bonnes pratiques européen contre la désinformation, qui serait publié d’ici fin-juillet 2018, pour des effets mesurables d’ici octobre 2018.

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful