Johnny Hallyday est mort, les hommages pleuvent sur l’Idole des jeunes

« Idole des jeunes » et des moins jeunes, le chanteur a succombé cette nuit à un cancer du poumon à l’âge de 74 ans. Depuis l’annonce du décès de ce monument de la chanson française, les hommages saluent l’artiste qu’était Johnny Hallyday.

« C’est un peu comme si Paris perdait sa Tour Eiffel. » La réaction de Benoît Hamon résume bien ce qu’était Johnny Hallyday pour la France : un monument. C’est par le biais d’un communiqué que sa femme Laeticia a annoncé sa mort.

« Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité », dit-elle.

Le mois dernier, le chanteur avait été admis à l’hôpital pour détresse respiratoire. Hospitalisé à plusieurs reprises ces dernières années, l’ex- « idole des jeunes » avait notamment été placée en coma artificiel à Los Angeles, en décembre 2009, à la suite de complications consécutives à l’opération d’une hernie discale et avait par la suite déclaré avoir frôlé la mort.

Johnny Hallyday a bâti pendant plus d’un demi-siècle sa carrière de chanteur et d’inusable homme de scène sur la passion du rock américain et de son aura première de rébellion.

Marathonien des tournées qui font le lien avec les publics, Johnny Hallyday a vendu plus de 110 millions de disques, enregistré plus de 40 albums et un millier de chansons dont un quart d’adaptations, surtout de titres américains ou britanniques.

Parmi ses titres les plus connus figurent « L’idole des jeunes », « Retiens la nuit », « Le Pénitencier », ou « Que je t’aime » pour les années 1960 ; « Le bon temps du rock’n’roll », « J’ai oublié de vivre », « Gabrielle », « Toute la musique que j’aime », « Ma gueule », « Fils de personne » pour les années 1970. On citera pour la suite « Quelque chose de Tennessee », « Rock’n’roll attitude », « Sang pour sang », « Allumer le feu ».

Source : ouest-france.fr