COMMENT PEUT-IL CONSTITUER LE MOULE DE « L’IVOIRIEN NOUVEAU » ?

Gustave Aboua ABOUA (D G de l’Environnement et Développement Durable )/ LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, LE MOULE DE l’ « IVOIRIEN NOUVEAU »

S’il est un concept structurant de nos jours l’existence de l’humanité sur la planète terre, c’est bien celui du développement durable qui vient de voir ses attributs renforcés par l’Agenda Post-2015 avec 17 Objectifs et 169 Cibles au dernier sommet des Nations Unies en Septembre 2015 et l’adoption des négociations de la COP21 en décembre de la même année.

Le développement durable, par définition, « est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » met en exergue le difficile mariage des besoins existentiels avec des moyens limités des écosystèmes, substrats de notre planète. Un appel à transition de nos modes de production et de consommation vers un type durable s’impose.

Le mot durable ne doit pas induire en erreur. Le développement durable n’est pas le maintien de la situation existante ni même des acquis reconnus. Il n’est pas non plus le prolongement des tendances les plus récentes. Il fait simplement référence aux générations présentes et futures et tente d’éviter les risques majeurs ou les fractures. Il assure le renouvellement mais aussi la germination de nouvelles activités bien enracinées localement mais aussi durables dans un contexte de plus en plus ouvert à l’international.

Quelle durabilité pour sauvegarder l’humanité ainsi que notre Planète ?

Le développement durable,  produit  d’un processus coopératif de création de valeur, valeur nouvelle qui tente de concilier l’Environnement, l’Economique et le Social peut s’analyser sous cinq angles de durabilité :

  1. Durabilité économique :

Le concept de durabilité économique met l’accent sur le long terme et recouvre tous les facteurs qui concourent au progrès économique, à plus longue échéance, par exemple une politique sectorielle appropriée, des mesures sociales visant à mettre en valeur la base des ressources humaines, des améliorations de la distribution des revenus et des biens, l’expansion du secteur privé.

L’approche de la durabilité économique peut se définir comme suit : le choix  d’option la plus susceptible d’assurer à long terme un processus de développement et une croissance économique reposant sur de larges assises, permettant d’accroître le bien- être des populations.

La durabilité économique implique des politiques macroéconomiques rationnelles visant une croissance économique forte et durable, le plein emploi, l’élimination de la pauvreté, la stabilité des prix, l’équilibre durable du budget et de la balance extérieure.

  1. b) La durabilité sociale

On peut décrire la durabilité sociale comme étant le cadre général nécessaire pour la réalisation des progrès sociaux constants à long terme. L’action visant à accroître la durabilité sociale comprend les dimensions suivantes :

  1. amélioration de la répartition des revenus qui encourage la promotion de la classe moyenne
  2. Recherche de l’équité des sexes (le genre)
  • Investissement dans la santé et l’éducation de base
  1. Promotion de la participation des populations

On entend par développement participatif un processus par lequel les individus et la collectivité participent activement à toutes les phases du développement. Dans cette optique, un partage plus équitable du pouvoir économique et politique revêt sans aucun doute une grande importance ce qui suppose davantage de démocratie,  de renforcement de capacité des organisations locales, de respect des  Droits de l’Homme,  d’avantage d’ implication des femmes à la prise de décisions économiques et politiques, d’existence de marchés concurrentiels, et de promotion des entreprises privées dynamiques.

  1. Durabilité politique

Le Développement Durable  est impossible dans les pays  en conflits où  la  violence politique est généralisée où les droits de l’Homme et les libertés   sont bâillonnés. Le régime politique d’une société doit évoluer parallèlement à la transformation de ses systèmes économique et social et écologique.Bien que la durabilité politique n’implique pas nécessairement la stabilité politique, elle suppose que les citoyens ont suffisamment en commun des valeurs pour que les conflits politiques surviennent et  se règlent à l’intérieur d’un cadre convenu.

Il y a au moins trois conditions critiques à remplir pour que soit assurée la durabilité politique : i) le  respect des droits de la personne ; ii) le pluralisme démocratique ;  iii) la bonne Gouvernance.

  1. d) La Durabilité Environnementale

La durabilité environnementale  vise à préserver la richesse naturelle de  la planète. Pour cela, il nous faut :

  • Maintenir l’intégrité des écosystèmes dont dépendent la productivité, la faculté d’adaptation et le renouvellement de tout ce qui vit ;
  • Maintenir la diversité biologique dans les diverses formes de vie dont dépendent les processus écologique qui fournissent et fourniront un ensemble de services aux êtres humains ;
  • Veiller à ce que la dynamique de la population respecte les impératifs de développement en maitrisant généralement la question démographique qui se traduit souvent par des pressions sur l’Environnement.
  1. e) Durabilité culturelle

La définition de tous les besoins et intérêts de l’être humain est conditionnée par les facteurs culturels. Le Développement Durable  se présente fondamentalement comme un projet de civilisation, car la civilisation  depuis le début de l’humanité n’est rien d’autre qu’un processus inachevé fondé sur la culture. C’est-à-dire le déploiement d’un langage articulé, de savoir- faire, de rites, de coutumes, de représentations du monde, de dessins, de constructions, d’inventions, d’accumulation de connaissances théoriques ou empiriques. Autrement  dit, le processus de civilisation et la culture sont fortement indissociables. Ce qui fait l’humanité dans l’homme, c’est bien la culture. La prise en compte des facteurs culturels revêt une importance cruciale pour l’instauration d’un développement durable.

La durabilité culturelle concerne principalement la dimension humaine du développement durable. La protection, l’adaptation et l’amélioration des systèmes  sociaux et des valeurs culturelles se trouvent au centre de cette approche.

En définitive, le développement durable se veut donc un processus qui concilie l’écologique, l’économique et le social en établissant un cercle vertueux entre les ces trois pôles. C’est en effet un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.

Il est respectueux des ressources naturelles et des  écosystèmes qui sont les supports de vie sur la terre ; il garantit l’efficacité économique sans perdre de vue les finalités sociales du développement que sont la lutte contre la pauvreté, les inégalités, l’exclusion et l’injustice ou l’iniquité ;

Il suppose que les décisions et les comportements humains parviennent à concilier l’inconciliable et parviennent à élargir leur vision (horizon temporel sur le long terme celui des générations futures) ; il importe d’élargir notre horizon spatial en prenant en compte le bien–être de chacun qu’il soit pauvre ou riche, qu’il soit du nord ou du sud qu’il de la ville ou du village.

Une telle approche d’intégration impose des démarches multi partenariales et interdisciplinaire. Le développement durable est une nouvelle forme de gouvernance ou la mobilisation, la participation de tous les acteurs de la société civile aux processus de prise de décisions est exigée.

Sa mise en œuvre épouse les principes de prévention, de précaution, de subsidiarité et surtout le principe de responsabilité commune mais différenciée

 

COMMENT PEUT-IL CONSTITUER LE MOULE DE  « L’IVOIRIEN NOUVEAU » ?

La durabilité culturelle traduit la puissance de moule ou de l’univers de l’éclosion d’un Ivoirien Nouveau dans la perspective du développement durable. Pour que les valeurs et les principes du développement durable alimentent la conscience et l’agir et l’être d’un Ivoirien nouveau, il faut faire de l’éducation au développement durable, le référentiel primaire de la société ivoirienne.

En effet, l’éducation est le fondement du développement durable. Elle est un instrument essentiel pour faire évoluer les valeurs et les attitudes, les compétences, les comportements et les modes de vie en les rendant plus cohérents avec le développement durable, au sein des pays et entre pays.

Elle est, par conséquent, essentielle au développement durable. Tout individu doit apprendre de sorte à s’inscrire dans la durabilité. Il est évident que notre savoir actuel n’apporte pas toujours les réponses aux problèmes de la planète, qu’ils soient environnementaux, sociaux ou économiques. Toutefois l’éducation reçue déterminera notre capacité et celle des générations futures de trouver des solutions durables et de nouvelles voies vers un avenir meilleur.

Tout projet de promotion du développement durable doit, non seulement, mettre l’accent   sur le rapport à l’environnement et la reconstruction du réseau des relations au milieu de vie, mais également, sur l’avènement d’un « monde » que l’on souhaite durable.

L’originalité et la richesse des méthodes pédagogiques participatives encouragent la motivation et l’autonomie des apprenants en vue de leur changement de comportements pour devenir des acteurs du développement durable. C’est pourquoi l’Éducation au développement durable favorise l’acquisition de compétences permettant aux apprenants de développer leur esprit critique, d’imaginer des scénarios prospectifs et de prendre des décisions communes.

Ainsi, l’éducation pour le développement durable met au premier plan les valeurs suivantes:

  1. La prise de conscience que la Terre est un bien commun dont nous devons prendre soin ;
  2. Tous les humains sont solidaires entre eux avec la Terre et avec tout ce qui vit ;
  • L’autonomie qui permet à chaque personne de penser, de décider et d’agir par elle-même ;
  1. La responsabilité qui nous met dans l’action et doit faire de tous des citoyens porteurs de valeurs démocratiques et mobilisés pour leur mise en œuvre ;
  2. Une école de respect, un état d’esprit constructif qui refuse la résignation ;
  3. Une école de participation, de solidarité qui forge à l’esprit critique  et véhicule une philosophie sociale qui concerne tous les humains ;
  • Creuset de l’écocitoyenneté: sensibilité à la chose environnementale, sociale et économique; informé et engagé en développant des aptitudes à résoudre les problèmes et à prendre des décisions en favorisant le débat démocratique.

L’école du développement durable, devient  la source qui doit arroser l’éclosion de l’Ivoirien Nouveau, acteur de l’émergence, voir, de la mise en œuvre de l’Agenda Post-2015.

L’école du développement durable invite l’Ivoirien à se  débarrasser  de tous les comportements néfastes et destructifs de la Planète. Elle prône, la paix, la sécurité, l’équité, la justice, le partenariat, le progrès pour tous (prospérité) afin de restaurer la dignité humaine.

Il est temps, de faire du Développement durable, le Modus Operandi à l’échelle nationale, régionale et locale. Il est Nécessaire d’avoir une vision et un cadre stratégique novateurs qui intègrent  croissance économique, justice sociale et protection de l’environnement.

En somme, le développement durable est la voie de l’avenir, la voie de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020.

 

Gustave ABOUA PhD,

DG Environnement et Développement durable

Conseiller Economique,Social, Environnemental et Culturel

Enseignant- Chercheur