GAGNOA : Discours des vœux du président Djédjé Bagnon à son aimable population

Au cours d’une cérémonie de présentation de vœux récemment organisée au siège du conseil régional sis à Libreville, d’où toutes les couches socioprofessionnelle, les chefs de villages et autres ont prient une part active, le président Joachim Djédjé Bagnon a livré un message de paix et de fraternité à sa tendre population

Mesdames et messieurs, Chers ami(e)s,

Non ! Ce ne sont pas des vœux comme tous les ans que je veux vous délivrer. Au nom de l’équipe du conseil régional, et en mon nom personnel, ce ne peut pas, et ce ne doit pas être comme d’habitude. Bien sûr, comme je vous l’ai dit à l’entrée, et en toute sincérité, je vous souhaite, nous vous souhaitons tous nos vœux de réussite, de bonheur et de santé à vous et à vos familles.

Ces vœux, nos vœux, nous avons décidé de les maintenir car ils sont avant tout un grand moment de rassemblement et d’échange entre toutes celles et de tous ceux qui, comme élus, citoyens, responsables d’associations, de syndicats ou d’entreprises, font vivre au quotidien l’esprit de la République. Mes vœux, nos vœux vont d’abord et avant tout à notre Région pour qu’elle recouvre pleinement sa santé.

Cela dépend de chacun d’entre nous, de notre engagement à la fois dans le respect de l’autre, dans le respect de la démocratie. Nous refusons et refuserons de confondre le banditisme avec quelque religion que ce soit et nous amplifierons nos combats contre les racismes, contre l’antisémitisme, contre l’obscurantisme et contre les fascistes de tout poil car dira-il « ne tombons pas dans le piège qui nous est tendu, celui de la division, celui de la suspicion généralisée, celui de la haine et des communautarismes. »

Oui, mes chers frères, sœurs et amis de Gagnoa, c’est de rassemblement, de débat démocratique, de respect de l’autre dont nous avons besoin. Il me revient une phrase remarquable du romancier haïtien Jacques R, un homme engagé et respectueux qui a conduit son peuple à s’unir contre la misère, il disait, je cite un passage de son merveilleux roman Gouverneurs de la Rosée :

« La haine, ça donne à l’âme une haleine empoisonnée, c’est comme un marigot de boue verte, de bile cuite, d’humeurs rances et macérées ». Oui, la haine est la négation de l’esprit, la haine vise à faire reculer l’union, la cohésion, le vivre ensemble et la démocratie. STOP à la mise en cause de la liberté d’expression. STOP à celles et ceux qui depuis des mois, des années jouent et nourrissent les divisions, les racismes et les extrémismes de gauche qui prospèrent sur des amalgames scandaleux.

Ne dit-on pas ‘A force de montrer au peuple un épouvantail, on crée le monstre réel ? Oui, à jouer avec les haines, nous produisons des monstres. Alors pour 2017, ce ne sont pas seulement des vœux que nous formons, mais un engagement sans faille de tous vos élus à défendre nos valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité que nous vous assurons. Il ne saurait y avoir de vraie Fraternité dans une société ou les inégalités se creusent en son sein au point de constituer aujourd’hui un véritable fossé.

N’est-ce pas de ce manque, de ce recul du principe que naît un irrépressible sentiment d’injustice et de relégation, que naissent toutes les peurs, toutes les haines qui dressent les gens les uns contre les autres ? C’est pourquoi je vous exhorte à cette belle notion de Fraternité et de solidarité à celle d’assistanat qu’emploient les émules.

Les fils et cadres de Gagnoa, se doivent de venir en aide à tous ceux qui sont dans le besoin. C’est la raison pour laquelle nous devons être solidaires de nos anciens, des plus fragiles et des personnes défavorisées. Dans les moments difficiles, il faut savoir se serrer les coudes et savoir être solidaire.

Dans le texte de ma carte de vœux, je mets en cause les notions de compétitivité, de guerre, de concurrence, de leadership qui, décennie après décennie, ont supplanté ce qui doit être, à mon sens, les seules valeurs à poursuivre, celles de la Solidarité, de la Fraternité, de la Paix et du développement.

Notre région marche sur la tête. Il est vaguement riche et elle regorge aussi des cadres non pas les moindres. Pourquoi décident-t-on et négligent-t-on le débat démocratique ? Celui qui permet de proposer un autre chemin, un chemin de développement et de respect de l’autre.

Chers populations, plus que jamais, les vœux conseil, mes vœux en tant que président, ce sont des vœux d’espérance et de défense de nos valeurs, de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et du vivre ensemble. Oui Gagnoa, il faut rester debout. Nous devons vivre debout à Gagnoa.

Mes chers frères et sœurs, levons nous pour faire vivre nos valeurs. A l’unisson, levons nous pour faire respecter notre région, notre ville. Vive Gagnoa, je vous remercie. Tous, ont été conviés à un repas après cette somptueuse cérémonie
AKOTO G/Correspondant régional

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée