FIF: LA FIFA VA CONVOQUER « LES PARTIES AU CONFLIT »

Les 11 et 12 janvier dernier, le représentant de la FIFA, Veron-Mesengo, prenait la mesure de la crise du football ivoirien. Une dizaine de jours après cette immersion, la FIFA a adressé un courrier à la Fédération Ivoirienne. Avec comme information majeure la convocation prochaine des deux parties à Zurich.

La FIFA n’a pas rendu de verdict. Elle n’a tranché en faveur d’aucune partie, ni débouté personne (sic). Tout au plus, elle envisage de convoquer les deux parties au conflit à Zurich (à son siège) « pour discuter des mesures à prendre pour surmonter la situation actuelle ».

C’est que, dans une position médiane, qu’elle tient à préserver pour garantir la stabilité au sein de ses différentes associations membres, le gouvernement mondial du football a, au regard d’une correspondance à la Fédé, datée du 24 janvier 2018, joué la carte de l’apaisement.

«Nous avons reçu copie de la demande collective du 29 décembre 2017 de convoquer une assemblée générale dont l’ordre du jour serait « la révocation du Président du Comité Exécutif et de tout le Comité Exécutif conformément aux dispositions pertinentes de l’article 47 des statuts » de la fédération ivoirienne de football (FIF), précise, d’entrée, la note épistolaire.

Ensuite, poursuit-elle : « Nous prenons acte que le Comité Exécutif de la FIF, dans une décision rendue le 09 janvier 2018, a déclaré « irrecevable la demande collective de tenue d’une Assemblée générale, tout en soulignant que cette décision est rendue « sans préjuger des griefs » dans la demande ».

« Le résultat serait le même »

Tenant compte de ce que 4 pétitionnaires du G42 se seraient désistés, par la suite, la FIFA constate que cela porterait « le nombre de membres signataires en-dessous de la majorité prescrite (50%+1) pour faire convoquer une assemblée générale.

En revanche, l’institution pilotée par l’Italien Gianni Infantino reconnaît qu’ « il n’est pas inutile d’ajouter que si ce point était contesté, on se trouverait en présence du deuxième cas de figure prévue à l’article 36 al.2 des statuts de la FIF ».

A savoir que « Le Comité Exécutif n’aura à tort pas convoqué l’AGE dans les 30 jours et les membres qui ont demandé sa convocation pourraient la convoquer eux-mêmes Or les défection intervenues dans l’intervalle empêcheraient une convocation valable. Le résultat serait le même », constate-t-elle.

Cela dit, la FIFA, « nonobstant les considérations procédurales » estime « que les griefs articulés dans la demande du 29 décembre 2017 par une grande partie des membres de la FIF méritent d’être entendus et adressés ».

D’où la convocation annoncée à Zurich des deux parties en présence. « Des propositions de dates seront communiquées très prochainement aux deux parties », assure la faîtière au terme de son courrier.

Source : association-footballeurs-ivoiriens.org

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful