Daloa /Les compagnies de Gendarmerie Territoriales se dotent des pelotons de surveillance et d’intervention.

La salle de conférence de l’école de Gendarmerie de Toroguhé 7 Km de Daloa qui a abrité la cérémonie marquant la fin de stage de formation des pelotons de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie Nationale.

L’amplification d’actes d’incivisme occasionnant les destructions des biens publics, les édifices administratifs, les brigades etc. devient une préoccupation majeure pour les autorités militaires dont la recherche des solutions leurs revient.

Pour garantir un climat de quiétude, il a été décidé la création de cette unité d’intervention ( PSIG ). Entité chargée d’intervenir immédiatement au profit des compagnies de gendarmerie Territoriale en cas de besoin.

Ils sont au nombre de 82 sous officiers et 3 officiers ayant terminé avec succès leur stage de formation au tactique d’intervention, au maintien et rétablissement de l’ordre public, au franchissement opérationnel, à l’autodéfense, au tir de jour et de nuit ainsi qu’au parcours de stress et d’endurance le tout sanctionné par des brevets d’aptitude.

A  l’issue de cette formation, trois pelotons seront constitués et affectés à Guiglo, à San pédro et à Divo en attendant d’en faire autant pour le reste des compagnies de ladite institution.

Le lieutenant colonel commandant l’école de gendarmerie de Toroguhé , Directeur du Stage , Kouakou Koffi Serge a ,dans son adresse, rassuré quant à la capacité opérationnelle de ses stagiaires qui ,selon lui , ont montré un véritable engouement à travers la discipline et la détermination avec lesquelles ils ont suivi le stage.

Le Colonel Major, commandant  la Gendarmerie Territoriale Kouassi Kaunan René Stanislas, représentant le commandant supérieur de la Gendarmerie Nationale, a au nom de celui-ci félicité l’encadrement de ce stage et rappelé les missions confiées aux gendarmes de diverses unités.

S’adressant aux  ex stagiaires, il leur a fait savoir que c’est une nouvelle aventure  dont ils sont pionniers.

« Le défi est énorme , je l’admets. Votre efficacité, votre promptitude et la conscience professionnelle qui vous animeront à l’exécution des missions qui vous seront confiées nous donneront raison de la création d’une telle unité » a t- il dit. Poursuivant, il les a exhortés à prendre conscience qu’ils sont des hommes d’intervention professionnelle  afin d’imposer  le respect au corps d’élite qu’est la Gendarmerie Nationale.

Cette formation repartie en 2 vagues s’est déroulée pendant  2 mois et s’est terminée par un exercice synthèse des modules enseignés.

Malick Gaye