BLEU CHARLEMAGNE (PRESIDENT DE LA FIMAA) « JE SUIS SATISFAIT DE LA MARA CAN MALI 2017 »

De retour de Bamako où s’est déroulée, du 18 au 22 octobre, la 6ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Maracana dénommée « Mara CAN Mali 2017 », le Président de la Fédération Internationale de Maracana Associations (FIMAA), l’Ivoirien Bleu Charlemagne, a exprimé sa satisfaction par rapport à la bonne organisation de cette compétition.

Dans cet entretien, il juge aussi le deuxième double sacre consécutif des Éléphants.

Êtes-vous satisfait de l’organisation de cette 6ème édition de la CAN de Maracana organisée au Mali ?

Ma satisfaction est plus que grande. Nos amis maliens ont réussi un grand coup. Comme moi, tous ceux qui étaient à Bamako ont eu des frissons.

Parce que le niveau des deux compétitions (NDLR : Seniors et Vétérans) a atteint le sommet. L’esprit fair-play était vraiment au rendez-vous.

Et l’organisation a été très bonne. Les Maliens ont profité de l’expertise ivoirienne pour bien goupiller cette organisation.

J’ai été agréablement surpris par la prestation de la Guinée et surtout du Canada qui étaient à leur première participation.

Je pense sincèrement qu’avec le rendez-vous de Bamako, notre discipline a fait un bond qualitatif. Nous avons fait du chemin, en tout cas.

Et cet autre double sacre des Éléphantes qui planent sur cette compétition…..

Évidemment, je ne peux que me réjouir. Parce que non seulement, je suis Ivoirien, mais aussi Président de la Fédération Ivoirienne de Maracana et Disciplines Associées (FIMADA).

C’est la confirmation de notre domination impeccable. La Côte d’ôte d’Ivoire a le droit d’être gourmande dans cette compétition. En attendant que les Maghrébins et Européens ne rentent véritablement en jeu.

Il faut que nous marquions pour le moment notre territoire sur cette discipline dont nous sommes les précurseurs. On ne sait jamais.

Il ne faut pas que cette domination gène certains sportifs ivoiriens. C’est la confirmation de la bonne santé de notre sport.

Mais, cette double victoire des Éléphants n’a tout de même pas été facile. C’est dû à quoi ?

Oui, il y a eu beaucoup de transpiration cette fois-ci. C’est dû tout simplement au fait que les autres ne dorment pas. Ils bossent dur pour arriver à notre niveau.

Et c’est ce que je disais plus haut. Nous devons continuer à améliorer nos performances si nous ne voulons pas être surpris après. Il faut dire avant tout que l’expérience a prévalu.

Quels commentaires faites-vous de l’implication réelle des autorités maliennes à ce rendez-vous de Bamako ?

Je suis très heureux de l’accueil que les autorités politiques et administratives nous ont réservé. C’est extraordinaire.

Je profite donc de l’occasion pour remercier vivement le Président de la République malienne, SEM Ibrahim Boubakar Kéita (IBK) et ses Ministres. Je n’oublie pas aussi notre Ambassadeur, SEM Ouattara Ismaël Samuel dont la sollicitude nous a vraiment marqués.

Un mot de remerciements envers les 53 journalistes qui sont vénus de toutes les contrées du monde pour la couverture de cet événement sportif.

Il semble que les Présidents des autres fédérations de Maracana ont proposé que la Côte d’Ivoire accueille la 7ème édition…

Effectivement, l’ensemble des Présidents de fédération a décidé que notre pays organise la prochaine CAN en août 2018.

Normalement, compte tenu du caractère tournant de l’organisation, c’est le Gabon qui devait accueillir l’édition 2018 et la Côte d’Ivoire celle de 2020. Mais, pour des problèmes internes, les choses ont changé.

En réponse à cette sollicitation, nous avons souhaité nous en référer d’abord à nos autorités compétentes. Nous avons jusqu’au 15 novembre 2017 pour nous prononcer.

J’attends d’être reçu par le Ministre des Sports et des Loisirs, M. François Albert Amichia, afin d’échanger avec lui sur cette question brûlante. C’est après ça que j’informerai mes paires.

Dans tous les cas, comment accueillez-vous cette proposition de vos paires ?
Je pense personnellement que c’est un honneur fait à notre pays de pouvoir organiser pour la deuxième fois cette compétition. Après avoir ouvert la série de l’organisation en 2012 à Yamoussoukro.

J’espère que notre Ministre de tutelle accédera à cette demande. En réussissant à convaincre le premier citoyen du pays, SEM Alassane Ouattara et son Chef du gouvernement, SEM Amadou Gon Coulibaly.

Je pense qu’après la Francophonie, nous sommes capables d’accueillir une compétition comme le Maracana mondial.

Entretien réalisé par Jean-Claude Djakus

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée