Bitumage de 110 km par le District / 70% des travaux achevés, selon Beugré Mambé

Cent dix (110) kilomètres. C’est la distance totale des voies à bitumer par le District Autonome d’Abidjan. Annoncés courant 2013 par son Gouverneur, le Ministre Robert Beugré Mambé, mais très vite qualifiés par certains de « promesses électoralistes qui ne se réaliseront jamais », les travaux ont effectivement été lancés en 2014.

D’un budget de plus de 50 milliards de francs CFA octroyés par le Président de la République, ces travaux avancent bien et sont achevés à 70%, selon le Ministre Gouverneur Robert Beugré Mambé. Ce dernier a effectué ce jeudi 08 février 2018 une visite de chantier, dans la zone de Bingerville, en compagnie du Bureau du Conseil, des Conseillers, des Directeurs, des Associations et Syndicats du District Autonome d’Abidjan, afin de constater de visu, sur le terrain, la réalité de ces travaux. Sont concernés par ce vaste programme de désenclavement, les villages des Sous-préfectures de Bingerville, de Songon et d’Anyama.

« Nous avons toujours imploré Dieu pour cette route, nos aïeux ne l’ont pas eue. Nous avons eu plus de chance. Merci au Président d’avoir pensé à nous, car depuis que cette route est faite, nous sommes devenus riches car nous vendons bien notre attiéké et notre poisson sur les marchés », explique Awadja Affran Jean Baptiste, chef d’Adjin dont le village a bénéficié de 6,32 km d’une valeur de 2, 4 milliards.

L’objectif, explique l’initiateur de ce projet, est de booster le développement économique de ces villages, considérés comme de grands producteurs de vivriers qui desservent au quotidien les principaux marchés de la capitale économique ivoirienne. De façon pratique donc, le projet consiste à relier par le bitume, la quasi totalité des voies menant à ces villages Atchan et Akyé aux voies nationales.

Robert Beugré Mambé, qui s’est déjà vu décerner le « prix du meilleur acteur Africain de développement local » devant plusieurs personnalités dont Donald Kabéruka, feu Babacar N’Diaye, ex Présidents de la Banque Africaine de Développement, pour ce projet routier, s’est dit heureux de constater que plusieurs activités connexes aient pu se créer autour et grâce à ces infrastructures.

Activités qui ont pour noms le lancement de vastes opérations immobilières et d’aménagement du foncier mais aussi et surtout l’installation de plusieurs entreprises et unités industrielles exerçant notamment dans les domaines extractifs et agricoles.

A noter qu’en plus du projet routier, l’enveloppe des 50 milliards prend en compte les questions d’électrification, d’adduction d’eau potable, de construction d’écoles.

Source : DIRCOM D.A.A